30 min de retard ? La SNCF vous indemnise !

A partir du 1er Décembre, la SNCF annonce une nouvelle grille de dédommagement, applicable quelque soit le motif du retard sur les trains intercités et TGV

Pari audacieux et coûteux que celui de la SNCF. Longtemps décriée pour ses retards devenus quasi-habituels, elle annonce désormais vouloir «(…) faire de cette garantie la meilleure garantie d’Europe », a résumé Rachel Picard, directrice de Voyages SNCF, branche de l’entreprise publique chargée notamment de l’exploitation des trains à grande vitesse. La réglementation au sein de l’Union Européenne (UE) prévoit une compensation au-delà d’une heure de retard.

sncf

La société ferroviaire dédommageait uniquement les passagers si le retard lui était imputable, y compris en cas de grève lorsque les horaires des trains étaient connus. Mais cette règle excluait les aléas externes, comme les incidents météorologiques ou les actes de malveillance, qui représentent « un tiers des retards », selon la responsable.

Le voyageur pourra faire une demande de dédommagement en ligne, sur le lien « garantie ponctualité » du site SNCF, dès l’arrivée du train. Il obtiendra « un bon d’achat en quarante-huit heures » et pourra l’utiliser « sur tous les canaux » et « en plusieurs fois s’il le souhaite ».

Les montants de l’indemnisation sont « plus généreux » que ceux imposés par la réglementation européenne : 25 % pour un retard de trente minutes à deux heures, 50 % entre 2 heures et 3 heures et 75 % au-delà. Le texte européen, entré en vigueur en 2009, plafonne la compensation à 50 % à partir de 3 heures de retard.

Selon la société ferroviaire, le taux de régularité des TGV est de 89,8 % depuis le début de l’année, celui des Intercités, de 88,7 %.

SOURCEAFP
PARTAGER