Birmanie : Israël arme les massacreurs des Rohingyas

0
27495

Les violences exercées en Birmanie (Myanmar) contre la minorité musulmane des Rohingyas se sont terriblement aggravées ces dernières semaines, faisant des centaines de morts et des dizaines de milliers de réfugiés, selon le rapport le plus récent des Nations-Unies.



(Des réfugiés Rohingyas échouent au Bangladesh)

Mais cela n’a pas dissuadé pour autant le gouvernement israélien de suspendre ses ventes d’armes à la junte militaire birmane, qui dirige les massacres avec le soutien d’une partie du clergé boudhiste et autres fanatiques religieux, rapporte lundi le quotidien Haaretz.

En septembre 2015, une délégation militaire birmane, venue faire ses « emplettes » en Israël, avait été reçue avait été reçue avec tous les honneurs par ses homologues israéliens, notamment le chef d’état-major des armées, le général Gadi Eizenkot, précise le journal, qui publie une photo de la rencontre.


(le patron de « Tsahal », Gadi Eizenkot, accueille son homologue du Myanmar)

Reçus également par le Président Reuven Rivlin, les militaires birmans avaient visité plusieurs bases de l’armée, et négocié avec les industriels d’engins de mort tels Elbit Systems et Elta Systems.

Un peu plus tôt, le patron des exportations au ministère de la Défense, Michel Ben-Baruch, s’était rendu discrètement au Myanmar où il avait signé un contrat de vente d’une demi-douzaine de « Super Dvora », des patrouilleurs rapides de fabrication israélienne, promus pour leurs qualités supposées dans « le combat anti-terroriste ».

En août 2016, la société israélienne Tar Ideal Concepts affiche sur son site des images illustrant la fourniture à l’armée du Myanmar de ses « fusils à tirer dans les coins » !


(les tueurs de Rohingyas, bons clients du Cornershot israélien)

Une association de défense des droits de l’homme a porté plainte en Israël, où la cause discutée fin septembre par la Cour Suprême du pays.

Le ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, sûr de son impunité, a déjà répondu que la justice n’avait pas à se mêler d’un tel dossier, d’ordre « diplomatique » !

« Israël s’aligne sur le reste du monde civilisé, c’est-à-dire le monde occidental, à commencer par les Etats-Unis d’Amérique, qui sont le premier exportateur mondial d’armements. De toutes façons, ce n’est pas un sujet qui doit être abordé au parlement », a commenté ce voyou.

Voyou et menteur, faut-il ajouter, car les Etats-Unis et l’Union européenne ont pour leur part fini par décréter un embargo sur les livraisons d’armes à la junte au pouvoir à Rangoon.
Source :
http://www.haaretz.com/opinion/.premium-1.810390

Les violences exercées en Birmanie (Myanmar) contre la minorité musulmane des Rohingyas se sont terriblement aggravées ces dernières semaines, faisant des centaines de morts et des dizaines de milliers de réfugiés, selon le rapport le plus récent des Nations-Unies.



(Des réfugiés Rohingyas échouent au Bangladesh)

Mais cela n’a pas dissuadé pour autant le gouvernement israélien de suspendre ses ventes d’armes à la junte militaire birmane, qui dirige les massacres avec le soutien d’une partie du clergé boudhiste et autres fanatiques religieux, rapporte lundi le quotidien Haaretz.

En septembre 2015, une délégation militaire birmane, venue faire ses « emplettes » en Israël, avait été reçue avait été reçue avec tous les honneurs par ses homologues israéliens, notamment le chef d’état-major des armées, le général Gadi Eizenkot, précise le journal, qui publie une photo de la rencontre.


(le patron de « Tsahal », Gadi Eizenkot, accueille son homologue du Myanmar)

Reçus également par le Président Reuven Rivlin, les militaires birmans avaient visité plusieurs bases de l’armée, et négocié avec les industriels d’engins de mort tels Elbit Systems et Elta Systems.

Un peu plus tôt, le patron des exportations au ministère de la Défense, Michel Ben-Baruch, s’était rendu discrètement au Myanmar où il avait signé un contrat de vente d’une demi-douzaine de « Super Dvora », des patrouilleurs rapides de fabrication israélienne, promus pour leurs qualités supposées dans « le combat anti-terroriste ».

En août 2016, la société israélienne Tar Ideal Concepts affiche sur son site des images illustrant la fourniture à l’armée du Myanmar de ses « fusils à tirer dans les coins » !


(les tueurs de Rohingyas, bons clients du Cornershot israélien)

Une association de défense des droits de l’homme a porté plainte en Israël, où la cause discutée fin septembre par la Cour Suprême du pays.

Le ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, sûr de son impunité, a déjà répondu que la justice n’avait pas à se mêler d’un tel dossier, d’ordre « diplomatique » !

« Israël s’aligne sur le reste du monde civilisé, c’est-à-dire le monde occidental, à commencer par les Etats-Unis d’Amérique, qui sont le premier exportateur mondial d’armements. De toutes façons, ce n’est pas un sujet qui doit être abordé au parlement », a commenté ce voyou.

Voyou et menteur, faut-il ajouter, car les Etats-Unis et l’Union européenne ont pour leur part fini par décréter un embargo sur les livraisons d’armes à la junte au pouvoir à Rangoon.
Source :
http://www.haaretz.com/opinion/.premium-1.810390