Les dix phrases les plus “délirantes” de Jawad Bendaoud à son procès

0
101090
Accusé d’avoir hébergé des terroristes du 13-novembre, Jawad Boudaoud a livré un récit déroutant à coups de phrases délirantes, voire même surréalistes lors des trois premiers jours de son procès. Petit florilège. 
BŒUF bourguignon et couscous
“Il m’a dit t’as hébergé un mec, le croque-mort de Daesh (…) Personne m’a mis au courant. On m’a vendu un bœuf bourguignon, j’ai fini avec un couscous. Voilà ce qui s’est passé.”
 

Son jugement en France

“Je suis content d’être jugé en France. Si j’étais aux États-Unis, je serais déjà en tenue orange en train de m’accoupler avec des chiens…”

La cocaïne

“Je sais pas si quelqu’un prend de la cocaïne dans la salle. Mais c’est terrible. C’est un engrenage. Tu prends 1 gramme, 2 grammes et pique et pique et colegram.”

Le sandwich escalope-boursin

“Posé sur mon balcon, avec vue sur le Stade de France, en train de me fumer un gros joint de beuh. J’ai mangé un sandwich escalope boursin – j’en ai même donné un morceau à mon chien – et j’ai regardé un film sur Netflix. Vous pensez vraiment que je savais que je venais de laisser des terroristes dans mon appartement?”

Les terroristes

“Dans ma tête, les terroristes de Paris, ce sont des Pakistanais, des hindous, là, comme les mecs du 11-Septembre. Je pensais pas que c’était des mecs de mon âge, avec une casquette du PSG ?!”

Son avenir

“Je suis fini. Je suis fini. Que je mente ou pas. Je suis fini. Je suis fini. Vous comprenez. Fini. Qu’est ce que je vais faire en sortant ? J’avais un projet de faire un nouveau point de vente de cocaïne. Qui va vouloir s’associer avec moi, maintenant?”

La présidente du tribunal

“J’ai dit que vous ne m’impressionnez pas. Mais c’est pas contre vous.
– Donc je vous impressionne, sourit la présidente. – Non… Mais… Tranquille, madame, il n’y a rien entre nous. – Je vous confirme M. Bendaoud, il n’y a rien entre nous”

La prison

“On essaie de me faire passer pour un clown, mais moi ça fait 14 mois que je suis dans ma cellule sans promenade, y’a de quoi devenir fou, il y a des gens a ma place, ils se seraient coupés les testicules et ils les auraient mis dans une barquette, sérieux”

La cocaïne, 2e version

“Alors madame la présidente, je vais vous expliquer les effets de la cocaïne. Je sais pas si y’a des consommateurs dans la salle. Chez les avocats peut-être?”

Sa personnalité

“Un psychiatre m’a regardé, et il a dit que j’étais normal mais que j’avais une impulsivité explosive. C’est-à-dire que je suis calme. Mais calme comme une bombe. Paf, parfois ça part”