Jeune homme tué à Nantes : le policier reconnaît avoir menti

0
21784
VERSION – Le policier qui a causé la mort d’un jeune homme de 22 ans mardi soir lors d’un contrôle de police avait été placé en garde à vue jeudi par l’IGPN. Il a reconnu avoir menti lors de sa première déclaration et a expliqué avoir tiré sur le jeune homme par “accident”.

Il a avoué avoir menti lors de sa première déclaration. Selon nos informations, le policier qui a tiré mortellement sur un jeune conducteur de 22 ans mardi soir lors d’un contrôle de police à Nantes a indiqué en garde à vue qu’il n’avait pas cherché à “neutraliser” l’individu dans sa fuite en tirant volontairement sur lui, mais avoir tiré dessus de façon accidentelle.

Le CRS qui avait d’abord avancé la thèse de la légitime défense a raconté qu’en réalité, il avait tenté avec sa main de prendre le jeune homme par le bras (qui était alors au volant) et de le stopper. Mais, a-t-il poursuivi, il avait son pistolet dans l’autre main et dans l’agitation, le coup est parti, par “accident”.

“Mon client est dévasté”

Le fonctionnaire avait été placé en garde à vue jeudi par l’IGPN. Une garde à vue pour “violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique ayant entraîné la mort sans intention de la donner”. Plusieurs témoignages remettaient en question la version donnée initialement par le policier.

Son avocat interrogé par LCI a confirmé la version accidentelle avancée par son client et décrit un homme “dévasté par son acte” “Le tir accidentel a conduit à la mort d’un jeune homme (…) le premier réflexe de la personne qui se sent autant coupable, c’est le déni”, a déclaré Me Laurent-Franck Liénard. “Son premier réflexe a été de mentir (…) mais il a ensuite révélé la vérité de manière beaucoup plus apaisée”. Un geste qu’il “regrette” et “regrettera toute sa vie”, a conclu l’avocat.

Le décès du jeune homme a engendré une vague de violences urbaines dans les quartiers de Nantes dès mardi soir puis à nouveau dans la nuit de mercredi à jeudi.