La Chine a rasé plusieurs grandes mosquées en région ouïgoure, montrent des images satellites

La grande mosquée de Keriya, vieille de 800 ans, était pourtant classée au patrimoine national.

« Où est passée la mosquée ? » Shawn Zhang s’interroge. Cet activiste, étudiant à l’université de Vancouver au Canada, a pris l’habitude de dénoncer sur Twitter les exactions du régime chinois, notamment au Tibet et dans la région du Xinjiang, habitée par la minorité musulmane ouïgoure. En observant des images satellites sur Google Earth Pro, le jeune homme est arrivé à la conclusion que la grande mosquée Aitika de Keriya, une ville de 30.000 habitants dans cette province de l’ouest de la Chine, avait tout simplement disparu, au printemps 2018.

Les spéculations autour du sort de la grande mosquée ont rapidement germé sur internet, d’autant que ce monument du XIIIe siècle avait été classé au patrimoine culturel national chinois : toute destruction ne pouvait être décidée que par le pouvoir central à Pékin.

Comme le rapporte « Libération », l’étudiant d’origine chinoise a comparé la même vue satellite à différentes périodes, pour arriver à la conclusion que la mosquée avait été rasée entre mars et mai 2018. D’autres services de cartographie, tels que HERE, Planet Labs ou TerraServer, confirment la disparition du monument, selon « Libération » et l’association Openfacto. Sur Google Maps en revanche, la mosquée reste encore visible.

La mosquée de Kargilik également détruite

Le site d’investigation Bellingcat s’est penché sur des rumeurs entourant la destruction d’une autre grande mosquée de la province, dans le district de Kargilik. Là aussi, les images disponibles sur Planet Labs et TerraServer semblent indiquer une démolition au moins partielle de ce monument vieux de près de 500 ans, en décembre dernier, confirmant des témoignages anonymes rapportés par des activistes ouïgours.

Outre ces deux grandes mosquées, un grand nombre de lieux de culte plus modestes ont été détruits ces dernières années. Sur Twitter, un doctorant en histoire américain du nom de Kevin Kind, qui s’est rendu dans la province, donne d’autres exemples de mosquées qu’il estime démolies, comme dans les villages de Langan et de Xiakuo Shiba Gecun. Dans cette dernière localité, la mosquée a été décapitée de son dôme et de ses minarets, probablement pour être réhabilitée en lieu laïque, estime l’étudiant.

Depuis la politique de « sinisation » annoncée par Xi Jinping en 2015 et sous prétexte de lutte antidjihadiste, la démolition de bâtiments religieux fait partie, avec les camps de travail et la surveillance généralisée, de la panoplie répressive mise en place par Pékin à l’encontre de la minorité ouïgoure, turcophone et sunnite. « La destruction de mosquées n’est que la dernière étape de la campagne d’assimilation forcée en cours au Xinjiang », a commenté sur Twitter James Millward, historien américain spécialiste de la Chine et de l’Asie centrale.

Mercredi, un groupe bipartisan de 43 parlementaires américains a publiquement appelé le gouvernement Trump à prendre des initiatives sur la question du Xinjiang, en demandant notamment des sanctions financières à l’égard de responsables chinois. Les élus demandent en outre à plusieurs sociétés américaines spécialisées dans l’intelligence artificielle d’arrêter de collaborer avec leurs homologues chinois dans des programmes utilisés dans un but répressif par Pékin.

Selon des enquêteurs de l’ONU, près d’un million de citoyens chinois, dont des Ouïgours et des membres d’autres ethnies musulmanes comme des Kazakhs, sont ou ont été détenus dans des camps de « rééducation » extrajudiciaires de la région. Des centres de lutte contre la « radicalisation islamiste », affirme Pékin.

Timothée Vilars

SOURCEl'obs
PARTAGER