Donald Trump a autorisé des frappes contre l’Iran avant de se rétracter brusquement

L’escalade de tensions entre les Etats-Unis et l’Iran a atteint son comble jeudi. Le « New York Times » révèle que Donald Trump a autorisé des frappes contre l’Iran qui a abattu un drone américain, avant de brusquement se rétracter. Un revirement inexpliqué, mais le conflit a donc été vité de justesse.

La Maison-Blanche n’a pas commenté les informations du quotidien.

L’Iran a assuré jeudi avoir retrouvé, dans ses eaux territoriales, des débris d’un drone américain qu’il a abattu, un incident qui a encore fait monter la tension avec les Etats-Unis où Donald Trump a vivement réagi.

« Notre pays n’acceptera pas cela, je peux vous le dire », a lancé, menaçant, le président américain avant d’essayer de faire baisser la température en évoquant la piste d’une erreur du côté iranien faite par quelqu’un de « stupide ». « J’ai du mal à croire que cela était délibéré », a-t-il affirmé depuis le Bureau ovale.

Deux versions s’affrontent

Washington et Téhéran se sont livrés toute la journée à une guerre de communication sur la localisation exacte du drone de l’US Navy au moment de la frappe.

Le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif a assuré que des morceaux de l’appareil avaient été retrouvés dans les eaux territoriales iraniennes, « à l’endroit où il a été abattu ». Le drone « a été touché à 4h05 (23H35 GMT mercredi) par 25°59’43 » de latitude Nord et 57°02’25«  (de longitude Est) », a-t-il tweeté.

De son côté, le Pentagone a assuré qu’il se trouvait à 34 km des côtes iraniennes et n’avait « à aucun moment » violé l’espace aérien iranien.

Le Pentagone a publié dans la soirée une carte de la trajectoire du drone, qui le montre dans les eaux internationales ou omanaises, mais jamais dans les eaux iraniennes. Le document présente également une photo d’un appareil en feu, à 23H39 GMT à 25°57’42«  de latitude Nord et 56°58’22 » de longitude Est.

Il y a notamment une différence de quatre minutes dans l’horaire donné par les deux pays.

SOURCEnouvelobs
PARTAGER