Patrick Bruel entendu dans une affaire d’exhibition sexuelle présumée

L’artiste est sous le coup d’une enquête préliminaire. Une esthéticienne dénonce un comportement déplacé de sa part lors d’un massage juste avant un concert le 9 août dernier en Corse. Le chanteur conteste les faits.

Le concert de Patrick Bruel, le 9 août dernier, à Ajaccio avait été un succès. Mais le passage en Corse du chanteur n’a pas laissé que de bons souvenirs. Depuis la mi-août, le parquet d’Ajaccio (Corse-du-Sud) a ouvert une enquête préliminaire pour « exhibition sexuelle » et « harcèlement sexuel » à la suite des déclarations devant la justice d’une employée de l’hôtel Radisson à Porticcio, près d’Ajaccio. Cette procédure découle du signalement effectué par la jeune femme, qui n’a pas déposé plainte mais a souhaité ainsi laisser une trace au cas où d’autres victimes présumées se manifesteraient.

Selon nos informations, l’artiste, qui poursuit sa tournée pour présenter son nouvel album « Ce soir on sort », a été entendu dimanche soir sous le régime de l’audition libre par les gendarmes à Châlons-en-Champagne (Marne) où il venait de se produire. Le chanteur n’avait pas pu être auditionné sur l’île puisqu’il avait quitté les lieux au moment où les faits ont été dénoncés par la jeune femme.

La star est soupçonnée d’exhibition sexuelle et de harcèlement. Une jeune esthéticienne de l’hôtel Radisson l’accuse d’avoir adopté un comportement déplacé envers elle.

Très choquée

Selon nos informations, Patrick Bruel aurait croisé cette jeune femme de 21 ans dans l’hôtel quatre étoiles dans l’après-midi du 9 août. Un membre de son entourage aurait ensuite réservé une séance de massage avec elle, rendez-vous fixé plus tard dans sa loge, sur le lieu du concert, au théâtre de verdure du Cassone.

D’après le témoignage de la jeune femme, au cours de cette séance, la star a tenu des propos laissant entendre clairement qu’il attendait une prestation à caractère sexuel. Ce qu’elle aurait refusé catégoriquement malgré l’insistance de l’artiste. Si l’on en croit l’esthéticienne, très choquée par le comportement de Patrick Bruel, la star aurait refusé de se vêtir d’un sous-vêtement jetable et souhaité rester nu, contrairement à l’usage. La séance se déroulant sous une lumière tamisée. Toujours selon le récit de la plaignante, la porte est restée close. Aucune contrainte n’aurait cependant été exercée. Par ailleurs, aucun autre témoin n’était, semble-t-il, présent dans la pièce.

« Dans ma loge, accessible à tous »

Joint ce lundi par le Parisien-Aujourd’hui-en-France, Patrick Bruel conteste cette version des faits : « Nous étions une heure avant mon concert, dans ma loge, accessible à tous. Mon équipe, mes collaborateurs, mes enfants étaient à proximité et ont l’habitude d’entrer à tout moment dans ma loge. Je n’ai pas eu la moindre intention, ni le moindre geste déplacé envers cette femme ».

Depuis, la jeune femme a quitté son emploi. L’enquête a été confiée aux gendarmes de la section de recherche d’Ajaccio qui ont multiplié les auditions au cours du mois d’août. Ils ont notamment interrogé des employés du Radisson. Ces derniers ont livré des éléments rendant crédible le récit de la jeune femme.

Il a expliqué qu’il faisait très chaud

Dans son audition dimanche soir, Patrick Bruel a confirmé la réalité d’une séance de massage avant le concert du 9 août à Ajaccio mais a contesté toute proposition déplacée. Quant au fait qu’il soit resté nu, il a expliqué qu’il faisait très chaud ce soir-là et qu’il était effectivement nu lorsqu’il était à plat ventre mais qu’il s’est couvert d’une serviette une fois retourné. Il a ajouté qu’il n’a pas perçu de trouble chez la jeune femme, laquelle a assisté quelques minutes plus tard au concert en compagnie de plusieurs amis.

L’enquête doit désormais se poursuivre. Il appartiendra ensuite au procureur d’Ajaccio de décider s’il classe l’affaire ou s’il renvoie le dossier devant un tribunal.

SOURCELe parisien
PARTAGER