Une religieuse catholique refusée d’une maison de retraite pour port du voile

Dans son édito du bulletin paroissial de novembre, le curé de Vesoul dénonce la christianophobie. Une religieuse en retraite se voit refuser une place sous prétexte qu’elle porte l’habit et le voile.

Depuis qu’elle a prononcé ses vœux pour entrer dans les ordres, cette sœur de plus de 70 ans aujourd’hui porte un habit religieux. Elle porte également le voile. Toute sa vie passée dans un couvent dans la Drôme a été ainsi.

Pour ses vieux jours, cette sœur décide de revenir sur ses terres de Haute-Saône, finir ses jours à Vesoul. En octobre 2018, la religieuse prépare donc sa venue à Vesoul. Dans la ville préfecture de Haute-Saône il existe une structure appelée “Foyer Logements”, une résidence pour personnes âgées gérée par le Centre Communal d’Action Sociale de la ville.

L’endroit est idéal pour elle, les résidents peuvent bénéficier d’appartements, mais aussi de la salle de restaurant pour tous les repas. Devant un cadre aussi idyllique, la sœur dépose une demande et prépare sa venue.

Lorsqu’elle arrive à Vesoul en janvier 2019, il n’y pas de place, elle est sur liste d’attente. Pour dépanner, la paroisse l’héberge au presbytère. Mais les mois passent, et toujours pas de place pour elle.

Une place sous conditions

En juillet, le CCAS de la ville de Vesoul  finit par lui adresser un courrier. La commission d’attribution a accepté sa demande de logement, et une proposition pourrait lui être faite dès qu’il y aura des disponibilités. Ce même courrier précise toutefois “au sein de nos structures nos résidents peuvent avoir des préférences et convictions et celles-ci doivent être respectées”.  Le courrier précise que “dans le respect de la laïcité tout signe ostentatoire d’appartenance à une communauté religieuse ne peut être acceptée en vue d’assurer la sérénité de toutes et de tous”.

Si la sœur veut une place, ce sera sans habit religieux ni voile. Il est en revanche possible de porter une croix discrète. La vielle femme qui toute sa vie a porté un habit religieux ne peut imaginer sa vie autrement, elle refuse donc ces conditions.

La paroisse finit par lui trouver un appartement via une agence immobilière. Mais cette femme qui a passé sa vie en communauté se retrouve seule à devoir faire ses courses et se faire à manger, seule dans un appartement.

Edito du curé de Vesoul dans le bulletin paroissial

Qui sommes nous ? C’est le titre de cet édito du mois de novembre. “On nous rabâche les oreilles avec des principes de laïcité qui ne sont pas compris”, le curé de Vesoul qui s’adresse à ses paroissiens parle de “christianophobie”. Le curé fait le lien avec cette femme musulmane à qui on a demandé d’enlever son voile. Selon lui “tout le monde crie au scandale pour cette femme, mais notre religieuse a dû se résoudre à trouver un autre appartement“.

Pour la ville de Vesoul, c’est le règlement intérieur

Contacté, le président du CCAS de Vesoul parle “d’une affaire classée”. “La religieuse a refusé la place qui lui était proposée, elle n’a pas voulu accepter le règlement intérieur qui est le même pour tout le monde” ajoute Claude Ferry. Le curé de Vesoul s’étonne toutefois d’une  laïcité à niveaux variables car il célèbre lui-même régulièrement la messe dans le réfectoire de l’établissement sans aucun problème. Selon l’équipe de coordination pastorale, la religieuse a très mal vécu cet épisode, “elle a eu un sentiment de rejet”.

SOURCEFrance bleu
PARTAGER