Les 10% de ménages les plus aisés détiennent la moitié du patrimoine en France

Selon l’Insee, les 10% de ménages les plus aisés disposent d’un patrimoine d’au moins 607.700 euros, contre 3.800 euros maximum pour les 10% de ménages les plus modestes.

En France, 10% des ménages les plus riches possèdent la moitié du patrimoine immobilier et financier. Le fossé riches/pauvres se creuse-t-il ? Pas vraiment si l’on en croit l’INSEE car il est stable depuis 2015. Pourtant, les chiffres sont impressionnants entre la France qui est de plus en plus du haut et la France qui se sent de plus en plus du bas.

Les 10% des plus riches de France disposent de 607.700  euros de patrimoine en moyenne. Les 10% les plus modestes possèdent un patrimoine de 3.800 euros, soit 160 fois moins. Des ménages modestes qui ont peu d’épargne et pas de biens immobiliers. C’est un patrimoine qui se dégrade avec le temps : la voiture, les équipements de la maison.

Je rapproche cette étude de notre baromètre du jour sur le soutien des français à la grève contre la réforme des retraites. Ce fossé du patrimoine alimente la peur du déclassement social chez beaucoup de Français. Une peur que l’on a ressenti très fortement l’an dernier avec les “gilets jaunes”.

Le patrimoine, c’est la vraie richesse puisqu’il s’agit de l’épargne et de l’immobilier. On constate qu’il y a beaucoup plus de différence entre les riches et les pauvres dans ce domaine que sur les salaires par exemple. Un écart de 160 fois entre les 10% les plus riches et les 10% les plus pauvres alors que sur les salaires la différence est de 4,6 fois.

Dans les tensions sociales que l’on vit en ce moment pour défendre le modèle de retraite par répartition, là aussi il y a deux France qui existent. Le patrimoine est très clairement chez les seniors. C’est le discours du gouvernement qui n’est pas vraiment passé dans l’opinion mais les chiffres sont là. Les moins de 30 ans ont un patrimoine de 38.500 euros en moyenne, alors que les retraités possèdent en moyenne 315.200 euros. C’est près de 10 fois plus.

Mais le patrimoine s’est-il développé sous Emmanuel Macron ? A-t-il été le Président des Riches ? Il faut être prudent avec ça, parce qu’il y a ce que j’appellerais une “persistance sociale” comme il y a une persistance rétinienne. Vous savez des images qui restent même quand on ferme les yeux. La politique d’Emmanuel Macron au cours de sa première année de mandat a clairement favorisé les plus riches. Fin de l’ISF, Flat Tax sur les impôts (sorte de bouclier fiscal), cette politique a fait gagner 800 euros en moyenne aux plus riches la première année.

Un sentiment de persistance sociale

Mais, il a un peu corrigé ça l’an dernier avec les mesures de pouvoir d’achat en faveur des “gilets jaunes”. Mais alors c’est quoi la persistance sociale ? Et bien c’est une réalité que l’on perçoit depuis 10 ans et que l’économiste Piketty avait démontré dans son ouvrage sur le patrimoine. Il s’agit du sentiment que l’ascenseur social est en panne, que le patrimoine des riches se transmet de génération en génération (et c’est vrai) et, du coup, on ne voit plus, du côté des classes moyennes, que ce qui est favorable aux plus riches.

Ce sentiment dure Président après Président :  Nicolas Sarkozy, le Présiden bling bling, François Hollande et les “sans dents”, Emmanuel Macron, le “Président des riches”. Cette vision d’une France d’en haut qui gagne à tous les coups avec la complicité des politiques alimente la haine des élites. Un phénomène qui s’est accentué avec les politiques fiscales.

SOURCErtl
PARTAGER